Exploration

La NASA optimise la gestion des déchets dans l’espace

juillet 30, 2018

La NASA cherche de nouvelles façons de gérer les déchets lors des missions spatiales. Les missions de longue durée nécessite des mesures mesures pour préserver les ressources, réduire le gaspillage, réutiliser les matériaux, recycler l’eau et l’oxygène.

Le fonctionnement permanent de la Station Spatiale Internationale nécessite de nombreux ravitaillements. Les missions régulières fournissent environ 12 tonnes de matériels chaque année, ce qui peut entraîner des problèmes de stockage à bord du laboratoire orbital.

Lorsque les détritus s’accumulent, les astronautes les compressent manuellement et stockent temporairement deux tonnes pendant des durées relativement courtes. Ces déchets sont ensuite renvoyés vers la Terre, ou incinérés lors de la rentrée atmosphérique, dans des vaisseaux de ravitaillement.

Des tests de gestion des déchets

Les futures missions spatiales plus éloignées de la Terre ne bénéficieront pas de cette même cadence de retrait des déchets. C’est pourquoi la NASA fait appel aux industriels américains pour innover dans le traitement des déchets spatiaux. Un appel d’offre a ainsi été publié via le programme de partenariat NextSTEP – Next Space Technologies for Exploration Partnerships.

Stocker des déchets à l’intérieur d’un vaisseau spatial prend beaucoup de place, engendre des risques physiques et biologiques pour l’équipage. Le stockage rend impossible l’exploitation de ressources résiduelles qui pourraient être recyclées ou réutilisées. La NASA cherche donc des solutions qui compactent au maximum les déchets, éliminent les problèmes de sécurité  et permettent une réutilisation potentielle des ressources. Les entreprises candidates ne partiront pas de zéro. En effet ces dernières peuvent s’appuyer sur les technologies existantes : le système de gestion des déchets datant des années 80, le Heat Melt Compactor et les technologies «trash to gas».

Le développement se fera en deux phases. Au cours de la phase A, les entreprises sélectionnées créeront un concept de système de compactage et de traitement des déchets. Des tests sur prototypes, des démonstrations et des validations seront effectués avec la NASA. Dans la phase B, une unité de vol sera développée pour tester un système à bord de la station spatiale ISS dès 2022.

Selon le modèle de partenariat NextSTEP, les entreprises privées doivent engager leurs propres ressources dans le développement de ces systèmes de compactage et de traitement des déchets. La contribution minimale pour les entreprises est de 20% du coût (10% pour les petites entreprises).

Les propositions sont attendues pour le 22 août 2018. La NASA prévoit d’organiser une journée le 24 juillet pour partager les détails de la consultation, décrire les installations disponibles et répondre aux questions des candidats potentiels.

Ces innovations ouvrent de nouvelles perspectives dans l’exploration humaine de l’espace. Les missions spatiales plus lointaines gagneront en autonomie, rendant l’exploration plus sûre et plus durable.